«Ceux qui s’attendaient à ce que le président de la République vole au secours de son beau-frère englué dans l’affaire des bennes de la distribution alimentaire avaient raison. En tout cas hier, en Conseil des ministres, Macky Sall a conforté son beau-frère Mansour Faye qui est au centre des critiques», écrit Le Témoin. Qui poursuit : «Le Président a notamment demandé au ministre du Développement communautaire (son beau-frère !), en rapport avec le ministre des Forces armées et le ministre de l’Intérieur, de veiller à l’acheminement rapide à destination et à la distribution, dans les meilleures conditions par des commissions créées au niveau territorial, des dotations alimentaires». Le journal de conclure : «Autrement dit, Mansour Faye a les coudées franches pour continuer à faire son travail. Sans prêter attention aux critiques ! Le président de la République a aussi insisté sur la nécessité de déployer, dans les meilleurs délais, l’assistance de l’Etat à nos compatriotes de la Diaspora affectés par la pandémie».

La commune de Ouakam, avec une trentaine de cas confirmés de Covid-19, sonne la riposte. Le port du masque y sera, incessamment, obligatoire, annonce son maire. «Nous sommes à 32 cas positifs dont 11 guéris. Il y a des cas contacts et des confinés à Ouakam. Parmi eux, il y en a même qui ont terminé leur période d’isolement et ont rejoint leurs maisons», explique Samba Bathily Diallo dans les colonnes du quotidien gouvernemental Le Soleil.
L’édile de Ouakam d’ajouter : «J’ai pris un arrêté pour demander à tous les commerçants de faire du port de masque une obligation, à défaut de voir son commerce fermé. Nous sommes en train de confectionner à peu près 350 000 masques pour les distribuer aux populations. A partir de ce moment, et une fois le nombre atteint, après la distribution, je prendrai un autre arrêté pour faire de Ouakam, une commune où le port du masque sera obligatoire».