Pds : «Karim oriente son père, impose ses hommes» (Analyste politique)

Le journaliste et analyste politique, Assane Samb, prédit de nouveaux «bouleversements» au sein du Parti démocratique sénégalais (Pds), dès le retour de Karim Wade.
Analysant, dans un entretien avec Seneweb, les vagues de frustrations notées dans les rangs des libéraux depuis la reconstruction du Secrétariat exécutif national, il souligne que Karim Wade impose son empreinte et oriente son père qui est en train de préparer le règne de son fils.
Quelle lecture faites-vous de la situation qui prévaut présentement au Pds ?

C’était une situation très prévisible. Je disais d’ailleurs samedi dernier qu’il y aura des frustrations, c’est très clair parce qu’Abdoulaye Wade est un homme solitaire, il prend ses décisions sans concertations. Il y a une volonté de passer la main à son fils et à son groupe. Donc, forcément, tout ceci va susciter des frustrations surtout au sein du groupe des anciens qui sont, jusqu’ici, restés fidèles au secrétaire général.
C’est également l’aboutissement d’un long processus de perturbation dans ce parti. Ce n’est pas nouveau, depuis des années, les gens partent. Quand Karim arrivera, on verra d’autres bouleversements.
Pour le moment, on prépare le règne de Karim et ça va entraîner le départ de la vieille garde, toutes ces personnalités fortes qui ne voudront pas se mettre au garde-à-vous.
Donc, vous pensez que c’est Karim la source des frustrations?
Oui, c’est Karim. On le disait depuis quelques mois, que c’est lui qui dirige le parti. Ce n’est pas faux d’autant plus qu’il impose son empreinte, du Qatar où il est. Et voilà, il oriente son père qui se met de plus en plus en retrait. C’est ce qui fait que Karim choisit ses propres hommes, des gens en qui il a confiance. Parce qu’il y a des responsables en qui il n’a pas confiance, des gens qui l’auraient peut-être frustré quelque part. Et donc, il est en train de faire des règlements de compte.
Quelles conséquences cette situation peut-elle avoir sur le poids du Pds ?
La conséquence directe, c’est qu’on retrouvera un Pds particulièrement affaibli parce que le parti était déjà très affaibli. On aura une sorte de Pds-Génération du concret, un parti réduit à Karim et à ses affidés. Bien entendu, il y aura des anciens qui pourraient rester fidèles parce que c’est un parent, mais aussi les ‘’Baye Fall’’ de Wade. On sera dans une situation où soit on aime Karim ou on ne l’aime pas. Et si on ne l’aime pas, on devra partir.
Maintenant, c’est à Karim Wade lui-même de donner un nouveau dynamisme au Pds, s’il en est capable bien-sûr. Mais, s’il n’en est pas capable, on retrouvera un petit parti qui ne pourra pas faire trembler le régime en place.