Mali : pourquoi le Comité national de la transition se fait-il attendre ?

Mali : pourquoi le Comité national de la transition se fait-il attendre ?
Mali : pourquoi le Comité national de la transition se fait-il attendre ?

Africa PressMali. Un mois après l’installation de Bah N’Daw comme président de la transition et la formation d’un gouvernement, l’organe législatif n’a pas encore été mis en place.

C’est à un jeu d’équilibriste que s’apparente la formation du Comité national de transition (CNT). Un mois après la nomination de Bah N’Daw comme président de la transition, puis la formation du gouvernement de Moctar Ouane, l’organe législatif à mettre en place jusqu’aux prochaines élections fait l’objet d’âpres discussions entre une multitude d’acteurs.

D’abord, il y a le Comité national pour le salut du peuple (CNSP) qui a renversé Ibrahim Boubacar Keïta, le 18 août. La junte souhaite garder la main sur la transition.

Il y a ensuite le Mouvement du 5 juin (M5), qui avait pendant plusieurs mois manifesté pour réclamer le départ de l’ancien président et qui a dénoncé le fait d’avoir été tenu à l’écart de la gestion de la transition. Il a également annoncé vouloir diriger le comité et occuper le quart des 121 sièges prévus.

Il y a enfin la vingtaine d’organisations qui doivent le composer, comme le mentionne la charte de la transition. Parmi elles : les partis politiques, les organisations de la société civile, les centrales syndicales, les représentations de Maliens établis à l’extérieur, les mouvements signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation, les confessions religieuses, les autorités traditionnelles et coutumières, etc.

« Le CNT est très important car la charte lui confère certains pouvoirs. Par exemple, l’initiative de la révision de la charte appartient concurremment au président de la transition et au tiers des membres du CNT. Il faut également une Assemblée nationale pour faire les réformes prévues pendant cette période, rappelle Ibrahima Sangho, président de l’Observatoire pour les élections et la bonne gouvernance au Mali. Pourtant, on ne sent pas une volonté de le mettre en place. Certaines catégories à prendre en compte dans la formation du CNT n’ont toujours pas été consultées. »

En plus du nombre pléthorique de parties prenantes et de leurs positions divergentes, d’autres difficultés expliquent le retard pris dans la formation du CNT. « Les autorités veulent éviter de se retrouver avec un conseil composé uniquement de Bamakois. Il doit être inclusif. L’autre défi est de former un comité qui ne soit pas contesté car cela pourrait entraîner une autre crise », estime pour sa part Housseini Amion Guindo, ancien ministre et président de la Convergence pour le développement du Mali (Codem).

Pour cet homme politique, les partis font également face à un dilemme : « Faut-il aller au CNT avec des regroupements qui sont le miroir de l’ancien régime – opposition, majorité – ou y aller en tant que parti ? »

Si le nombre de sièges est connu et la liste des catégories qui doivent composer le comité listée dans la charte de la transition, le grand défi est la répartition. Comment décider du nombre de sièges à accorder à chaque composante ? Plusieurs organisations, tel le M5, ont pris les devants et ont signifié aux autorités de la transition le nombre de sièges qu’elles souhaitaient occuper.

« La légitimité du changement du pouvoir vient du M5. Pourtant personne ne nous représente aujourd’hui dans cette équipe gouvernementale, regrette Choguel Maïga, président du comité stratégique du mouvement. Les choses risquent de se passer de la même manière que lors du choix du président : les militaires avaient mis le comité de sélection devant le fait accompli. Cette fois-ci, ils veulent avoir une majorité sûre, qui soit d’accord pour que l’un d’eux prenne la tête du CNT. »

Le président de l’organe législatif doit être élu par ses pairs. « Beaucoup ont pensé que le CNSP voulait s’arroger tous les postes importants au cours de cette transition. Il ne leur reste plus qu’un seul cadre à caser : Malick Diaw, deuxième vice-président de la junte. On se dit donc que les militaires veulent s’assurer une majorité pour l’élire et pour mener la suite des réformes. Cela contribue à renforcer le climat de suspicion entre les différents acteurs », analyse Bréma Ely Dicko, sociologue et professeur à l’Université de Bamako.

Après la publication de la clé de répartition, le mode de désignation des élus est une autre paire de manches. Deux possibilités sont envisageables : les structures désignent leurs représentants, ou les autorités mettent en place un comité pour valider les candidatures. Dans les deux cas, les débats seront là aussi houleux.

التعليقات المنشورة لا تعبر عن رأي موقع إفريقيا برس وإنما تعبر عن رأي أصحابها

Please enter your comment!
Please enter your name here